page-paysage.jpg (235823 octets)

Paysages de Provence ou cévenols, bords de mer, petits marchés de village....  et aussi: les TOROS ceramique.jpg (17916 octets)

                                   " Voilà que l’artiste traite les aplats avec force, à saturation des couleurs primaires. Le ton est haut et les personnages du commun qui peuplent les toiles sont comme des icônes. Voilà qu’il amène une variante à la technique sérigraphique.

Le doublement du procédé rend un bougé : un bégaiement du trait et crée la nécessité d’ajuster la vision et la vue. Ajuster encore pour découvrir des motifs- surprise dans un jeu de dévoilé- caché entre artiste et regardant. Plusieurs tableaux dans le tableau et quelle interpellation ! Le trait d’encre bleu : tout se passe comme si photographie, sérigraphie aidant, le « tampon » avait trouvé une application et un développement extravagants.

  Je persiste à parler d’éléments réalistes liés au procédé photo en partie mais certaines thématiques elles-mêmes le sont aussi. Les bateaux du port de Marseille, le cheval d’un autre tableau, les personnages du marché aux épices … relèvent d’une figuration assumée, familière et donc facilement identifiable – en apparence.

« Si on ne se fonde que sur ce qui saute aux yeux. » dirait l’autre. En apparence, puisque la réalité subit là quelques « complications », on va dire …  L’amusement, l’excitation de l’expérimentation en peinture, des projets à développer avec d’autres artistes en céramique : l’homme surfe sur la vague … »

Danielle   Frédérique, historienne d’art ( extrait du courrier " 1ère impression")

calanques( 92x73cm).jpg (148190 octets) " Les calanques" 92 x 73 cm

pont de montvert5( 92x73).jpg (1807307 octets) " le pont de Montvert" 92 x 73 cm.

                          barque-accajou.jpg (115446 octets)    marseille 001.jpg (58856 octets)

                                                "La barque en acajou."   116 x 89 cm                                                                                 " Marseille" 92 x 73 cm

                                         

    Cet été...longues promenades avec mes amis de Narbonne sur les berges du canal du midi.....on y coupe aujourd'hui les platanes malades.....quel dommage! Je décide de fixer l'instant magique de leur présence.

                                             canal du midi.jpg (1791392 octets)  le petit pont sur le canal.jpg (97200 octets)

 

                                                             le chemin de halage.jpg (101982 octets)

                                                                                                           "Le chemin de halage" 92 x 65 cm

 

 

                              NYMPHEAS

Entre le monde de la rue et l'univers du calme aquatique, le peintre trouve dans ce dernier un moment de repos. Il retrouve un thème qui lui est cher et qu'il a déjà travaillé il y a quelques années de cela.

"A la surface du bassin tiré à quatre épingles, les feuilles des nymphéas nouvellement ouvertes dessinent des chemins virtuels sur l'eau. L'oeil saute de feuille en feuille, tel une grenouille, zigzagant à travers l'étendue bleue et verte grâce au soutien de ce fragile support."

tiré du blog d'Ariane, guide à Giverny

moi1a.jpg (49556 octets)  koi2(ogon).jpg (130117 octets) koi1.jpg (201198 octets)

   

                                               

Ces derniers temps, le peintre entame une longue réflexion sur le cadre et le hors cadre. l'artiste garde tout. Ses annotations, sa palette, les traits de coupe. La toile s'agrandie et les frontières du cadre explosent et donnent à voir toute l'intimité de la création avant la coupe finale qui contraint le sujet à n'exister que par lui même.

roubine.jpg (69086 octets)  tournesols-site.jpg (90161 octets)

                                                            mise-en-situation2.jpg (247573 octets)

                                                                   Le peintre s'est aussi amusé à jouer avec les maîtres.........                 

 

             page- nature-morte.jpg (394353 octets)

C'est à l'intérieur qu'à l'automne, l'artiste c'est installé. Il s'est souvenu de ces moments de l'été ou les bouquets cotoyaient la tasse de thé quotidienne.

Les baies vitrées qui innondent de lumière ces payages statiques sont autant de source de chaleur qui font encore tinter les rouges, les jaunes et les turquoises dans ses compositions.

"Avant d'oublier pour un instant les couleurs écrasées de soleil, je me précipite sur les tubes de peinture et les pose sur la toile, fixant ainsi quelques fleurs qui ont maintenant échappées au froid de l'hiver."

 

accueil.jpg (17417 octets)