feria-nimes1.jpg (240858 octets)

Les corps se rapprochent, se frôlent pour communier. Les " Carmencitas de faubourg " me sourient. L’odeur de leur peau, leurs parfums entêtants lourds de poudre et de vanille, leurs formes pleines et fermes m’enivrent et m’excitent déjà....

Du Campo à l'arène il n'y a qu'un pas..                                                      Taureaux-Camargue.jpg (436226 octets)

manade( 81x65).jpg (147605 octets)     abrivado2.jpg (59817 octets)              

 

Sur les murs de la ville, recouvrant d’anciennes publicités pour les Coteaux du Languedoc, de grandes affiches annoncent notre feria.

                                                                                 

                         arene.jpg (1123309 octets)

 

Le paseo qui envahi l'esprit de l'artiste.

110424JS-Paseo.jpg (336467 octets)  paseo 003(61x49cm).JPG (1336266 octets)                                                                                                                      

Le statisme des personnages n'est qu'apparence. La tension existe... il en résulte une suite interminable de papiers et de toiles gravée de marques de ganadérias. Les protagonistes en habits de lumière sont couverts d'or et des costumes fascinants de couleurs et de textures les habillent.

l'artiste est toujours un afficionado.  Même s'il s'est un moment éloigné de l'arène pour se consacrer à d'autres sujets de la vie, il en reste toujours amoureux de ce spectacle,

         calleron03 ( diam 47 cm).jpg (1013217 octets)       Série des " Callejon" diamètre 47 cm

                  corrida2011 002.JPG (110837 octets)  La pique ( 80 x 80 cm).jpg (1356601 octets)

                                                   toile 90 x 90 cm feuille d'or                                                                      " La pique" toile 80 x 80 cm

 

bautista 01( 80 x 60 cm).jpg (1152124 octets)         Plaza de toros de Valencia( 60 x 60 cm).jpg (1489866 octets) 

           Juan Bautista papier 80 x 60 cm                                            " Arènes de Valencia" Sébastien Castella  50 x 50 cm

 

La céramique aussi prend le toro par les cornes.

                                                                                              affiche1.jpg (389886 octets)

   expo1c.jpg (70978 octets) expo1d.jpg (102497 octets)

                                                                     HIERRO Y DIVISA CONDE DE LA CORTE.jpg (11711 octets)  expo6a.jpg (94523 octets)

                                Empreinte originale des taureaux de Conde de la Corte. Céramique émail bronze et cuivre. frontal 60 cm

 

 

Défendre nos cultures taurines,

Aujourd’hui, il est important de défendre notre passion, et toutes les valeurs qu’elle nous apporte avec des arguments, des explications afin de comprendre et partager ce qu’elle nous apporte.

Le 3 nov. 2017, Gilles CHAPEL  écrit  au philosophe  Francis Wolff:
 
Bonjour, je m'appelle Gilles chapel, suis peintre et céramiste à Nîmes. C'est mon ami Alain Montcouquiol qui m' a donné vos coordonnées. Comme vous le verrez dans mon projet de sérigraphie cosignée avec Andy Younes, jeune toréro, j'ai très envie d'utiliser cette phrase que vous avez écrite. Elle illustre parfaitement  la finalité esthétique qui anime l'artiste comme le matador.

"Une des finalités essentielles de la corrida est de créer une œuvre d’art éphémère en utilisant la charge naturelle du taureau de combat."
Observatoire national des cultures taurines

 

Cher Gilles Chapel

Vous avez bien sûr mon accord. J’ai en effet souvent dit des chose comme ça. J’ai aussi écrit, dans le même ordre d’idées:
"L’art, dans la corrida, dénature la charge naturelle du taureau, mais en beauté, c’est-à-dire le plus naturellement possible »
Si vous préférez celle-ci, en voici la référence: « Regard actuel sur le Miroir de Leiris ». dans Leiris Unlimited, CNRS éditions, 2017) Bravo pour votre travail!
Et « suerte » !
Bien cordialement
-----------------------
Francis Wolff

Professeur émérite
Département de philosophie
Ecole normale supérieure
45 rue d’Ulm, 75005 Paris

     andy-nimes.jpg (1464850 octets)         andy3.jpg (72113 octets)            

sérigraphie originale cosignée avec le torero Andy Younes. Il s’agit d’un tirage sur papier Canson Montval de 65 x 50 cm en 300gr. 10 couleurs. 

( 60 exemplaires pour les arènes de Nîmes et 30 pour celles d’Arles)

                 

                    article2.jpg (689233 octets)

l'alternative ( 100x81cm).jpg (1720745 octets)  " L'alternative" d'Andy Younes toile 100 x 81 cm

 

A LAS CINCO DE LA TARDE

" Ce matin attablé à la terrasse d’un café sous les platanes, je parcours distraitement les articles et les photos relatifs à la corrida de la veille.

Sur les murs de la ville, recouvrant d’anciennes publicités pour les Coteaux du Languedoc, de grandes affiches annoncent notre feria. Certaines sont racoleuses comme de vieilles réclames de P.L.M, d’autres ont l’allure de totems primitifs.

Mon œil enregistre tout pêle-mêle et dans ma tête les images s’entrechoquent pour donner naissance à d’autres visions encore plus colorées…Je me rapproche du lieu consacré où s’affrontent deux forces, deux intelligences et je suis happé par la foule bruyante et bigarrée. Du haut des gradins mon regard enveloppe l’espace scénique où se déroulera la mise à mort.

Les corps se rapprochent, se frôlent pour communier. Les " Carmencitas de faubourg " me sourient. L’odeur de leur peau, leurs parfums entêtants lourds de poudre et de vanille, leurs formes pleines et fermes m’enivrent et m’excitent déjà. Sur leurs lèvres fardées naissent les paroles de Bizet alors qu’explosent les premières mesures de Carmen et qu’apparaissent les protagonistes du jeu de l’arène. Peones, picadors, chevaux caparaçonnés… autant de touches de couleurs qui voltigent devant mes yeux éblouis avant de s’effacer devant le combat singulier de l’homme et de la bête.

L’homme contrebalance sa petitesse et sa fragilité par la magnificence de son traje de luces qu’il promène majestueusement dans l’arène, arabesques prophylactiques noires, or ou argent brodées sur des soieries multicolores, bas roses. Face à lui, le taureau imprime sobrement son imposante masse noire sur le sable doré. Par intermittences, ses cornes blanches transpercent l’air comme des éclairs. Insolent défi, la cape rose et jaune trace autour de lui d’audacieuses figures dont les noms m’enchantent : véronique, serpentina, farol ; manoletina, " passe du mépris " avec la muleta rouge sang qu’agite le torero orgueilleux et sûr de lui. Il se fait alors danseur, exécutant d’invraisemblables pas devant le taureau qui malgré lui participe à ce ballet mortel.

Ce langage codifié incompréhensible au profane ne peut laisser indifférent. Peu à peu, l’air est saturé de fortes d’odeurs. La sueur, l’odeur du fauve et de son sang deviennent palpables. A chacun de ses pas, les banderilles soulèvent un peu plus sa chair et de larges filets de sang poisseux mouillent ses flancs. De grosses gouttes imprègnent le sable qui vire au garance. Les Dieux goûtent leurs premières libations. La faena a commencé, le dénouement est proche. L’excitation des hommes est à son comble. Le désir de transpercer l’autre, de m’enfoncer dans son corps me tend comme le verdugo, l’épée recourbée qu’a saisie le matador. Alors l’estocade, et le taureau s’affaisse sur ses pattes de devant en un ultime geste de soumission au vainqueur. Le sacrifice est consommé, les Dieux sont satisfaits. Des brassées de fleurs recouvrent à présent la traînée sanglante de la dépouille emportée par les chevaux. Encore une vuelta sous les acclamations des aficionados, montera brandie vers le ciel et le taureau disparaît.

Les images flottent encore devant mes yeux émerveillés. Je n’ai qu’une hâte, coucher sur la toile ce que j’ai vu, ressenti ; tout ce télescopage de mouvements, de sons et de couleurs recomposé à mon idée. "

Béziers, le 15 août 1993

Extrait du " Journal Imaginaire de Gilles Chapel " Elfi Roustan, historienne d'art.

Après l'arène, les bodegas, lieux ou tertulias et sangria cohabitent pour finir la soirée. Dans les quartiers, les gitanes dansent au son de la guitare.

gitanes3.jpg (88346 octets) gitanes2.jpg (107534 octets) gitanes1.jpg (186906 octets)

retour.jpg (10308 octets)